Equipe artistique

 

  • Isabelle Elizéon – HubertIsabelle Elizéon-1

Directrice artistique, metteuse en scène, dramaturge et chercheuse

Isabelle Elizéon – Hubert a étudié à l’Ecole de Théâtre International Jacques Lecoq et au Laboratoire d’Etudes du Mouvement, de la même école, à Paris. Elle crée sa première compagnie en 2001, la Cie du Tizal à Paris puis la Cie LASKO, à Brest, en 2011. Avec cette dernière, elle crée One.Shoot en 2014 et XXY [Faire Etre devenir] en 2016, respectivement sur la question de la mémoire du corps et du trauma, et sur la question du genre. Avant de se consacrer à la mise en scène, elle se consacre d’abord au jeu, à l’écriture, et à la pédagogie. Elle travaille notamment 5 ans avec la cie Le Tizal et 4 ans avec la cie A Petit Pas, en tant que comédienne. Elle anime pendant 11 ans des ateliers de création pour migrants en apprentissage du français, à Paris (Cimade) et à Brest (Abaafe et Peuple et Cultures). Elle donne des stages en France, aux Etats-Unis et prochainement au Brésil. Elle mène aujourd’hui un travail conjoint de création théâtrale et de recherche dans le domaine des arts scéniques. Elle appartient au laboratoire de recherche SeFeA de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, sous la direction de Sylvie Chalaye et est membre chercheuse associée du Centre de recherches en Arts et Esthétique de l’université de Picardie Jules Verne à Amiens, sous la direction de Lorenzo Vinciguerra. Au Brésil, où elle a habité pendant 4 ans, elle a étudié à l’université d’Etat de São Paulo l’Anthropologie Culturelle où elle s’est intéressée à la culture afro-brésilienne. Elle a obtenu un DEA en Ethnométhodologie à l’Université Paris 7 Denis Diderot et un Master 2 en Etudes Théâtrales à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, avec comme objet d’étude la fragmentation et la reconstruction des corps dans l’oeuvre de Koffi Kwahulé. Sa recherche actuelle porte sur les représentations et les esthétiques du corps sur la scène contemporaine à l’heure de la Mondialité. Elle publie des articles dans divers ouvrages et revues (Africultures, Motifs, Cena…). Sa compagnie de théâtre, Cie LASKO, est basée à Brest (Finistère – Bretagne), depuis 2011. Isabelle explore aujourd’hui dans son théâtre comme dans ses recherches théoriques la question des représentations du corps et des identités dans une congruence entre intime et collectif. Elle collabore régulièrement avec la Maison du Théâtre, à Brest, en France, où elle vit actuellement. Elle intiera après sa thèse de doctorat, une recherche sur l’œuvre de Bernardo Montet (chorégraphe).

  • Frédéric Rebière

Comédien et performeur

One Shoot - Maison du Théâtre - 21/11/13Frédéric a commencé un travail de recherche aux Beaux Arts de Nîmes en essayant de retranscrire le mouvement et l’émotion en volume. C’est à partir de là qu’il s’est rendu compte que c’était le corps en lui-même qui l’intéressait vraiment. Il s’est alors penché sur les états de corps, les émotions, ce qui met le corps en mouvement. Dans ce travail, le spectateur est devenu un des aspects importants de sa recherche : faire entrer celui-ci dans cette émotion de corps, dans ces matériaux vivants. C’est ainsi que de plasticien, Frédéric s’est ouvert au spectacle de rue, et cela pendant plus de dix ans, notamment avec la compagnie Dynamogène, à Nîmes, avec qui il a tourné en France et à l’étranger. Lors de leur dernière création Ouvert pour inventaire, Frédéric a débuté également un travail de mise en scène avec une équipe de 13 musiciens/comédiens. Dans sa démarche personnelle, un tournant décisif est arrivé il y a 7 ans lors de sa rencontre avec la danse et l’esthétique du Bûto, puis dans son travail de comédien au sein de la compagnie, A Petit Pas, avec Leonor Canales. Frédéric cherche maintenant dans son travail de performeur et de comédien, l’équilibre entre une scénographie épurée et une exploration corporelle venant de l’intérieur. En 2012, il crée, avec sa compagnie Incarnata, une petite forme qu’il écrit, met en scène et joue : Morceau choisi. Ce sont ces différentes approches qu’il met au service de One Shoot et du prochain spectacle XXY [Faire Etre Devenir] avec la Compagnie Lasko.

  • Sophie D’Orgeval

Comédienne, metteure en scène et conteuseLe Mans 10

En 2006, après avoir suivi deux ans de formation au conservatoire d’art dramatique Gustave Charpentier (Paris XVIIIème) et obtenu son master II de Lettres Modernes sur le théâtre contemporain québécois, elle se consacre à la création théâtrale. Elle poursuit sa formation auprès de metteurs en scène québécois et de la compagnie francilienne Siska dio, qui lui transmet l’art du conte et partage sa ligne artistique centrée sur le dialogue interculturel. Plus tard, en Finistère, elle entreprend une formation chorégraphique auprès du T.E.E.M et de Patrick Le Doaré. Elle se forme aujourd’hui en chant au conservatoire de Brest pour développer son travail sur la voix. Sophie et Isabelle Elizéon – Hubert se sont connues lors d’un laboratoire de recherche artistique. Isabelle a été touchée par les sujets de travail de Sophie qui se croisent avec les siens notamment sur la question de l’identité mais aussi sur une approche pluridisciplinaire dans la création. C’est donc tout naturellement qu’Isabelle a invité Sophie à venir travailler sur la nouvelle création de la compagnie Lasko, XXY [Faire Etre Devenir], où elle apportera son univers d’auteure et de comédienne.En 2006, C’est au sein de la compagnie La Rigole que Sophie signe sa première création, La vie autour du couteau, inspirée de la pièce Incendies de Wajdi Mouawad qu’elle adapte et met en scène avec le soutien de l’auteur. Par la suite, c’est au sein de La Rigole que Sophie signe la majeure partie de ses créations et notamment plusieurs duos qu’elle partage avec des musiciens. Le spectacle de conte l’incroyable histoire d’Alice avec le saxophoniste Stéphane Sordet ou la création contemporaine Compter jusqu’à cent auprès de la violoncelliste Emmanuelle Lamarre en sont deux exemples. Qu’il s’inscrive dans le théâtre contemporain ou le conte c’est toujours le thème de l’identité (ici plus spécifiquement culturelle) qui est au cœur du travail artistique de Sophie. A la question de l’identité viennent très vite s’ajouter les questions du territoire et de la transversalité artistique qui amènent Sophie à créer avec des musiciens, des plasticiens, des circassiens et à travailler également autour de la question du patrimoine matériel et immatériel. En 2012, après plusieurs collaborations avec la Maison du Patrimoine de Quimper, Sophie crée Histoire de femmes. Sophie monte à l’été 2014, l’adaptation au théâtre pour une pièce sonore, du texte d’Irène Frain, le Nabab.

  • Céline Le Jéloux
Céline s’est formée au CCDL (Centre de Créativité dramatique de Lorient) jusqu’en 1995. Elle a ensuite obtenu une maîtrise d’anglais en spécialité littérature britannique, puis passé une licence de lettres modernes et une licence en arts du spectacle. En 2010, elle a obtenu un diplôme d’Etat d’enseignement du théâtre. Elle a d’abord été interprète au sein du Groupe WIP/RIP et a poursuivi sa formation auprès d’Arthur Nauziciel, Laurent Poitrenaux et Nicolas Bouchaud. Elle a rejoint ensuite la compagnie jeune public Mélimalo (tournées en France, Espagne, Belgique, Autriche de 2006 à 2015 ). En parallèle, elle s’est formée à la danse contemporaine. Son parcours a été marqué par la rencontre d’artistes comme Alain Michard (accompagnement à la création), La Ribot (création de « 40 espontaneos » au Quartz de Brest), Raffaella Giordano (stage AFDAS) et par la découverte de la danse butô (avec Nanami Koshuou puis Gyohei Zaitsu). Elle a développé un travail personnel associant le théâtre et la danse qui s’est concrétisé par la création de solos (« Annabelle » en 2005, « anna&L. » en 2006). Céline élargit sa palette de comédienne en travaillant depuis plusieurs années sur des tournages en Bretagne où elle développe un jeu spécifique à la caméra. Elle anime par ailleurs des ateliers de recherche avec des publics variés, notamment dans une collaboration avec la Maison du Théâtre, à Brest. Isabelle Elizéon – Hubert et Céline Le Jeloux se retrouvent sur une préoccupation commune concernant le travail du corps et une approche esthétique transdisciplinaire que Céline développera sur le prochain projet de la Cie Lasko, Blue-S-Cat et The Good Number.
  • Gildas Roudaut

Créateur lumières, régisseur général

Gildas est créateur et régisseur lumières. Il a suivi une formation de régisseur lumière et obtenu le Diplôme homologué niveau III de Régisseur lumière au CFPTS (Centre de Formation Professionnelle aux Techniques du Spectacle), en formation en apprentissage au Théâtre National de la Colline entre septembre 2004 et 2006. Il a de plus obtenu une Habilitation Electrique BRH1V en 2011. Depuis 2009, il a travaillé pour de nombreuses compagnies et accompagne différentes créations au Quartz-Scène Nationale de Brest. Il a suivi, en régie générale, le spectacle Sylphides de François Chaignaud et Cecilia Bengolea au Festival Antipodes, puis les a accompagné en tournée en 2013. Il a de plus effectué la régie de la performance Duchesses, de François Chaignaud et Marie-Caroline Hominal. Depuis 2010, il effectue la régie de la compagnie du Zerep notamment aux Subsistances, à Lyon. En Janvier 2013, il fait l’accueil régie de l’Eveil du Printemps, mise en scène par Omar Porras au Grand Théâtre, ainsi que de Miguel Gutierrez, chorégraphe américain aux Antipodes 2009, Dan Safer, chorégraphe américain aux Antipodes 2010, Dada Masilo chorégraphe sud-africaine aux Anticodes 2011. Il conçoit, en 2012, les éclairages du Train Fantôme pour la Compagnie du Zerep et met en lumières un manège pour l’exposition Fantastic 2012 dans le cadre de l’événement Lilles 3000. Il fait également en 2011, la création lumière du spectacle de danse Fanta Kaba, chorégraphié et dansé par Kettly Noël, danseuse Malienne au festival Anticodes 2011 au Quartz de Brest.
Isabelle Elizéon – Hubert remarque le travail de Gildas lors d’une mise en lumière pour le danseur et chorégraphe de Butô, Gyohei Zaitzu, lors d’une performance aux Dits de Danse, à Brest. Son travail de lumières d’une grande finesse et d’une grande pureté attire l’attention d’Isabelle pour la création de
One Shoot. Une collaboration se met alors en place. Gildas a créé les lumières de One Shoot et crée également les lumières de XXY [Faire Etre Devenir]. Dans Blue-S-Cat il sera à nouveau le créateur lumières et vidéos de la cie.

  • Murielle Elizéon

Chorégraphe, danseuse et pédagogue

Murielle est chorégraphe, performeuse et artMurielle E.iste interprète. Elle vit, à Saxapahaw, aux Etats-Unis depuis début 2014. Elle s’est formée en danse contemporaine et jazz avec Ann-mari Autere, Inga Sterner et Dominique Dupuy, à Nice et Paris. Elle est diplômé en pédagogie et danse contemporaine, à Paris et est certifiée en Danceability par Impulstanz, à Vienne. Elle a suivi de nombreux workshops et master-classes avec notamment David Zambrano, Rui Horta, Serge Ricci, Gavin Webber, Rasmus Ölme ou Adi Salant. En tango argentin, elle a suivi des workshops en Argentine avec Chicho Mariano Frumboli, Sebastian Arce y Mariana Montes, Bruno Tombari et Mariangeles Camano. Depuis 1995, elle a collaboré comme danseuse avec de nombreux chorégraphes (comme Thomas Lebrun, Stéphane Fratti, Tommy Noonan, Soren Sundby) et metteurs en scène (Robert Wilson, Tom Schneider) dans de nombreux pays européens (France, Suisse, Allemagne, Danemark). En tant que chorégraphe, elle a présenté son travail en France, Belgique, Danemark, et Allemagne. Sa dernière pièce, Waiting for Pablo est présentée au festival Lucky Trimmer á Berlin en Avril 2013 et sa prochaine création, Attend(s) au théâtre Dock 11 en novembre 2013. Elle enseigne la danse contemporaine et le tango argentin en donnant des cours et workshops pour professionnels (danseurs et acteurs) et amateurs (enfants, adultes) en Europe et aux Etats-Unis. Elle débute sa collaboration avec Isabelle Elizéon- Hubert et la compagnie Lasko, pendant la création du duo Aurora (Lieben), avec Simona Antin et Birgit Greis, en 2010. Pour One Shoot, Isabelle a désiré continuer la collaboration débutée lors de Aurora (Lieben) en demandant à Murielle d’intervenir, d’une part, sur le training physique du comédien-performeur Frédéric Rebière et, d’autre part, de porter un regard chorégraphique sur différents moments du solo. Murielle est maintenant co-directrice de The Culture Mill, lieu de résidences d’artistes et de pédagogie, à Saxapahaw, NC, USA. Elle participera du nouveau projet de la compagnie, en travaillant autour du tango et d’un training physique sur le projet XXY [Faire Etre Devenir].

Et bien d’autres artistes qui croisent et traversent le travail de la compagnie et aident dans l’élaboration de sa trajectoire et de son identité plurielle.